Vivian Suter : l'artiste qui habite la forêt tropicale et peint avec de la colle de poisson, des chiens et de la boue

copyright : 

Melissa vous fait découvrir des initiatives green !

Vivian Suter : l'artiste qui habite la forêt tropicale et peint avec de la colle de poisson, des chiens et de la boue 

Ignorée pendant des décennies, Vivian Suter a été redécouverte comme “éco-artiste” pionnière. Nous la rencontrons, ainsi que sa maman, “collagiste” de 97 ans, dans la nature sauvage du Guatemala. 

Vivian est née en 1949 à la périphérie de Buenos Aires, mais après la prise du pouvoir par Juan Perón et son parti justicialiste dans les années 40 et le plan de nationalisation des industries du pays, son père a vendu son imprimerie et la famille a déménagé à Bâle. Ce fut une transition difficile pour la jeune Vivian Wild (sa mère), mais elle est entrée à l'école d'art à 17 ans et s'est mariée à 19 ans avec Martin Suter, un écrivain. 

 Les peintures que Suter a faites dans sa vingtaine étaient plus serrées et plus structurées ; elle a superposa de la peinture et du papier pour former des compositions bondées qui se courbaient et se déformaient en formes étranges. Son art s'est adapté en partie par nécessité ; elle a découvert que non seulement, il était difficile d'expédier du travail épais en pigments, mais qu'elle avait moins de matériaux à sa disposition. Ses traits sont devenus plus lâches, la peinture plus fine, son processus plus libre. Comme alternative à la superposition de peinture, elle a commencé à superposer la manta, ou coton, qu'elle peint maintenant, en accrochant des compositions dans des arrangements aérés et se chevauchant. « Je ne voulais pas faire un concept avant mes peintures », comme elle le faisait souvent, dit-elle « Je voulais que la peinture me montre, pas pour me forcer dans l'autre sens. Je voulais être surpris par ce que j'ai fait. »

 Pendant des années, elle a travaillé en grande partie sous le radar, montrant le travail occasionnel ici ou là. Mais c'est à Bâle, encore une fois, qu'une autre opportunité s'est présentée. En 2011, Adam Szymczyk, alors directeur de la Kunsthalle Basel, a recréé l'émission de groupe de 1981 dans laquelle Suter était apparu ; il lui a rapidement donné une exposition solo à l'institution, l'a placée dans une exposition au Museo Tamayo au Mexique et, surtout, a montré son travail dans les éditions d'Athènes et de Kassel de Documenta 14 en 2017. Cette fois, elle était prête pour l’exposition.

Si les peintures de SUTER'S exprimaient un effort plus laborieux pour trouver sa voie à travers des formes naturelles, l'environnement semble maintenant parler à travers elle en éclats et en soupirs - et Suter accueille les éléments dans son travail. Lorsque le Guatemala a été frappé par deux ouragans, Stan et Agatha, en 2005 et 2010, respectivement, sa maison a été inondée et une grande partie de son travail baignée d'eau et de boue. Mais les catastrophes ont également apporté des découvertes réparatrices. Quand elle a ouvert une manta non peinte et gorgée d'eau, elle a trouvé que le résidu terreux s'était exprimé dans une série de formes délicates de type Rorschach qui ressemblaient à des rayons X de plantes ou d'insectes exotiques. « C'était comme un miracle, vous savez, tout simplement magnifique », dit-elle. « C'était très spécial, comme un cadeau.» Elle appelle le tableau la Vierge Rorschach.

 Des échos de cette forme apparaissent maintenant dans plusieurs autres œuvres récentes, dont l'une pend au-dessus de son lit. Ses cercles et ses swoops lâches, rouge-orangé, sont bifurqués par une ligne blanche bancale descendant le long de son axe. « Comme une colonne vertébrale », dit-elle. Il y a d'autres allusions occasionnelles à la vie animale ou humaine dans son travail, comme dans une peinture qui est actuellement appuyée contre le mur de son atelier. Il montre la forme sommaire d'une figure de profil qui émerge d'un gros morceau de peinture blanche. Il y a aussi des peintures de chiens. Dans l'un, leurs visages forment un motif presque intégral, leurs têtes désincarnées flottant dans l'espace pictural. Il y a très peu de séparation entre les mammifères et la flore, entre Suter et les palmiers et les papillons monarques dans son jardin. Être dans la nature, bouger, créer l'art qu'elle veut - "Ceci", dit-elle, "est la liberté que je me donne."


Partager ce message