Green Friday, l'alternative à Black Friday le symbole de la surconsommation

Green Friday, l'alternative à Black Friday le symbole de la surconsommation

Le phénomène américain du Black Friday - une frénésie d'achats post-Thanksgiving si intense qu'il a son propre compteur de morts - s'est depuis longtemps répandu dans le reste du monde. Certains pays n'en sont pas satisfaits.

Le Black Friday a commencé dans les années 1950, un jour où le stockage des acheteurs américains avant Noël transformait le bilan des magasins du rouge, une perte, au noir, un profit. Ce n’est que dans les années 1990 que ce jour sacré du consumérisme est devenu le phénomène endiablé qu’il est aujourd’hui, grâce à la participation de grandes chaînes de distribution. Dans les années 2000, le Black Friday s'est étendu à des pays en dehors des États-Unis, y compris la Grande-Bretagne, où la chaîne de supermarchés Asda de Walmart a introduit le concept en 2013.

Alors, le Black Friday est-il mauvais pour l'environnement ? Les experts disent que oui. Des millions d'acheteurs achètent puis jettent des smartphones et des téléviseurs, par exemple, contribuant aux 50 millions de tonnes de déchets électroniques que le monde produit chaque année, qui fuit des produits chimiques toxiques comme le plomb et le mercure dans le sol. Pendant ce temps, les articles livrés à votre porte en un jour ouvrable ou moins mettent plus de camions utilisant du diesel au sol et des navires polluants sur l'eau. La production d'articles de « mode rapide » est un processus extrêmement intensif en carbone, mais ces articles finissent par se retrouver dans une décharge.

Il y a un débat parmi les experts environnementaux sur la mesure dans laquelle les décisions individuelles peuvent faire avancer les choses sur le changement climatique. Comme l'écrivait récemment Jason Mark, rédacteur en chef du magazine de la charité environnementale Sierra Club, « le mantra de la responsabilité personnelle… Obscurcis la culpabilité des géants des combustibles fossiles et d'autres acteurs industriels pour alimenter la crise.» Mais, écrit-il, les changements individuels dans la consommation, les voyages et les habitudes alimentaires « ne sont pas seulement justes mais nécessaires ».

Les consommateurs semblent en prendre note. Dans une nouvelle enquête menée par KPMG, 61 % des consommateurs britanniques ont déclaré être plus conscients de l'impact environnemental de leurs habitudes du Black Friday et du Cyber ​​Monday. Et de plus en plus de consommateurs ont déclaré que leurs achats seraient planifiés, plutôt que motivés par des impulsions ou des offres à court terme.

Mais maintenant, au milieu des inquiétudes croissantes concernant l'effet de la surconsommation sur le climat, certains militants ripostent. En France, le groupe climatique Amis de la Terre (« Amis de la Terre») a bloqué un entrepôt d'Amazon dans la banlieue parisienne avec du foin et de vieux appareils de cuisine, tenant des pancartes indiquant « Amazon: pour le climat, pour l'emploi, arrêter l'expansion, arrêtez la surproduction ! ».

Green Friday (Green Friday) a été lancé en 2017 du réseau de recyclage et de réparation Envie, qui a lancé cette initiative anti-consommation à travers une journée portes ouvertes dans son atelier.

Il s'agit d'une campagne alternative à Black Friday qui vise à encourager davantage d'activités de consommation. Dans le contexte de la pandémie mondiale, de la flambée des ventes en ligne et de l'évolution des priorités des consommateurs, Green Friday a célébré sa quatrième édition fin novembre. A priori, la crise Covid devrait profiter à de telles initiatives. Cependant, comme le montre un nouveau sondage Yougov, laisser Green Friday affronter le Black Friday est toujours bien présent. 

La célèbre promotion du Black Friday en 2020, initialement prévue pour le 27 novembre, pourrait faire face à des limitations sans précédent. Et peut être fier de diverses plates-formes de commerce électronique. Cependant, le Black Friday a été de plus en plus critiqué pour son consumérisme cruel, mais il a perdu un peu de son éclat ces dernières années. Les mouvements alternatifs de cette pluie promotionnelle ont commencé à faire parler d'eux. En France, le plus célèbre est sans aucun doute le Green Friday.

La question est de savoir si la consommation promise existera encore cette année marquée par une pandémie.

En 2019, en promouvant une consommation responsable et raisonnable, près de 400 marques ont participé à la campagne Green Friday. Plus précisément, le dernier vendredi de novembre, les entreprises participant au programme promettent de ne pas baisser les prix à leurs clients, mais de reverser 10 % du chiffre d’affaires de la journée à l’association promise. Protection de l'environnement et des droits de l'homme (labels Zéro Déchet France, Plan Stop à l'obsolescence, « Amis de la Terre» et Code éthique). Parmi les membres du Green Friday, on retrouve des marques telles que Maison Jeanne, la vie est ceinture ou Altermundi. Mais les principaux acteurs du commerce en ligne sont encore très peu nombreux.

Photo Creator: NurPhoto Copyright: Cris Faga/NurPhoto