Entre mode et environnement : les actions nécessaires avant qu'il ne soit trop tard

Entre mode et environnement : les actions nécessaires avant qu'il ne soit trop tard

Auparavant, on utilisait les vêtements jusqu'à ce qu'ils soient usés, il suffisait de les recoudre et de les rapiécer pour les réutiliser et leur donner une chance de continuer leur voyage, pour prolonger leur durée de vie jusqu'à ce qu'ils finissent en torchon, ou un chiffon pour enlever les taches d'huile.

De nos jours, ce n'est plus le cas. Dans les pays à revenu élever, en particulier, les consommateurs se précipitent pour acquérir des vêtements, des chaussures et des meubles rembourrés, puis bientôt les choses perdent leur nouveauté et leur attrait, alors ils s'en débarrassent à la recherche des produits les plus récents et les plus modernes, etc. La preuve vient du monde des données. En 1995, les usines de textile produisaient 7,6 kilogrammes de fibres pour chaque habitant de la planète. En 2018, ce nombre avait presque doublé pour atteindre environ 13,8 kilogrammes par habitant. Si l'on ajoute à cela l'augmentation de la population mondiale, de 5,7 milliards de personnes à 7,6 milliards, il n'est pas surprenant que la population mondiale consomme aujourd'hui plus de 60 millions de tonnes de vêtements par an, et ce nombre devrait atteindre près de 100 millions de tonnes d'ici 2030.

Pourquoi le terme « fast fashion » porte-t-il ce nom ?

La raison en est que l'industrie de la mode d'aujourd'hui publie de nouvelles lignes chaque semaine, contrairement aux années précédentes, où cela n'arrivait que quatre fois par an. Les maisons de couture produisent aujourd'hui près de deux fois plus de vêtements que lors des années 2000, dont la plupart sont fabriqués en Chine et dans des pays à revenu intermédiaire comme la Turquie, le Vietnam et le Bangladesh. Le nombre de travailleurs de l'habillement dans le monde est estimé à 300 millions. Étonnamment, nous jetons près de 50 milliards de vêtements dans l'année suivant leur fabrication, note un rapport fait en mai 2022 d'un atelier d'experts de l'industrie.

Questions scientifiques

On peut dire que les textiles en général sont divisés en deux grandes catégories : la première, celles faites de fibres naturelles, tandis que l'autre est faite de fibres synthétiques. Les textiles fabriqués à partir de sources naturelles - qu'elles soient végétales comme le coton ou animales comme la laine - ont un degré de stabilité relative, bien qu'une production lente. D'autre part, on note que les fibres manufacturées, qui sont à base de polymères, notamment de polyester, ont vu leur production passer d'environ 25 millions de tonnes annuellement en 2000 à près de 65 millions de tonnes en 2018, selon le rapport de l'atelier d'experts susmentionné. Si toutes ces données indiquent quelque chose, cela indique l'ampleur des dommages causés à l'environnement. Du côté de l'eau, l'industrie des vêtements, est l'une des industries les plus consommatrices d'eau au monde. Elle consomme entre 20 et 200 billions de litres par an. Et cet effet ne se limite pas à l'épuisement des ressources en eau, car il y a le danger posé par les microplastiques. Lorsque nous lavons des tissus en polyester ou d'autres vêtements à base de polymères, certaines fibres plastiques s'échappent, représentant entre 20% et 35% du total des microplastiques qui encombrent les océans. Ajoutez à cela les risques posés par certains produits chimiques utilisés pour fabriquer des tissus résistants aux taches et des pesticides pour protéger les cultures agricoles telles que le coton. Il n'est donc pas surprenant que nous ayons désespérément besoin de changer cette situation, même si cela nécessite que l'industrie de la mode travaille à plein régime pour étendre l'adoption des idées de ce que l'on appelle l'économie circulaire. Ce système s'appuie sur au moins deux axes : le premier est de rediriger l'attention vers la fabrication de biens durables, puis d'encourager leur réutilisation ; Le second est l'expansion des technologies et des solutions de fabrication durables, en particulier le recyclage. Ici, le rôle de la recherche scientifique apparaît le plus clairement, dans les domaines académiques comme industriels, pour atteindre ces objectifs et d'autres. Les chercheurs peuvent commencer à aider en faisant des estimations plus précises de la consommation d'eau. Certes, nous pouvons réduire la fourchette de consommation, qui va de 200 000 milliards de litres d'eau à 20 000 milliards, ainsi que développer le recyclage des textiles et améliorer la qualité de ce processus. Il est bien connu que les textiles usagers finissent souvent dans des décharges (environ 85 % aux États-Unis), ce qui est dû, en partie, au manque de systèmes commerciaux qui faciliteraient la collecte, le recyclage et la disponibilité à grande échelle des matériaux pour utiliser à nouveau.

Ce processus de recyclage nécessite de trier les matériaux à la main, en séparant les fibres, les boutons et les fermetures Éclair. Cependant, des travaux sont en cours, à l'heure actuelle, pour développer des machines qui peuvent contribuer à l'exécution de cette tâche. De plus, il existe des technologies capables de recycler chimiquement les fibres usagées en fibres de haute qualité pouvant être réutilisées dans la fabrication de vêtements, mais elles sont encore loin de l'échelle de production requise. Un autre défi pour les chercheurs dans ce domaine est de savoir comment amener les consommateurs et les fabricants à modifier leurs modes de consommation, un domaine en plein essor chez les chercheurs en sciences sociales et comportementales. D'autres questions de recherche portaient sur la recherche de moyens d'encourager les gens à acheter des biens durables, de découvrir un moyen de satisfaire l'impulsion d'acquérir de nouveaux produits tout en minimisant les dommages environnementaux, de comprendre pourquoi certaines actions et initiatives réussissent et de les intensifier, tandis que d'autres échouent.

Recyclage

Suivre le développement

Les chercheurs s'attendent également à une collaboration entre l'industrie et le milieu universitaire pour développer un système, tel qu'un système électronique, qui nous permette de suivre les microplastiques à partir des textiles. Mais l'efficacité de ce système dépend d'une définition convenue de ce que sont ces microplastiques, de leurs dimensions et de leur composition physique. Les entreprises, les universités et les militants écologistes, ainsi que les gouvernements, doivent réfléchir sérieusement aux moyens de rendre ces technologies disponibles, en accélérant leur développement, leurs tests et finalement leur adoption généralisée.

Nouvelle innovation

Le New Cotton Project a mis au point une solution innovante pour inverser ces statistiques, basée sur une technologie propriétaire, promettant d'innover en introduisant la circularité dans l'industrie textile, en convertissant les déchets textiles en fibres de coton de haute qualité.

vêtements recyclés

Préparez-vous pour les vêtements recyclés

À partir de 2025, le recyclage des déchets textiles sera obligatoire dans l'Union européenne, et une entreprise finlandaise, coordinatrice du projet, a présenté sa technologie brevetée pour convertir les textiles prêts à être enfouis en fibres de haute qualité pouvant être utilisées pour produire des vêtements pour le toute l'industrie de la mode, depuis la haute couture. La société a créé la fibre textile Infinna, connue scientifiquement sous le nom de « fibre de cellulose de carbamate », qui est très similaire au coton. La nouvelle fibre ne contient pas de disulfure de carbone et peut être mélangée à d'autres types de matériaux tels que l'élasthanne et le polyester pour produire différents types de tissus. Cette technologie peut transformer les déchets textiles en une variété de fibres et d'autres déchets de cellulose, ce qui donne de nouveaux Le modèle circulaire est une solution évolutive et respectueuse de l'environnement à tous égards.